Interview

par Denise Pion

Le travail du cuir

Publié le 18 décembre 2019 par Pion Denise
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin

 

Bien que l’artisanat s’essouffle un peu ces derniers temps, de nombreuses personnes continues de faire vivre cette magnifique industrie, armées de leur passion et de leur expertise concernant un certain domaine de prédilection. Comprenant de nombreux domaines, l’artisanat est souvent gage de qualité lors d’un achat, et c’est bien ça qui attire.

 

Aujourd’hui, nous allons justement nous intéresser à l’artisanat du cuir, avec Eric Deneken qui touche du cuir depuis l’âge de 17 ans. Informaticien de formation, il s’est cependant lancé quelques années plus tard à temps plein dans l’artisanat, de par le succès que rencontrent ses pièces.

 

Compétent dans le travail du cuir, le tannage végétal, la couture main, la sculpture ainsi que la teinture tout support, il adore son métier notamment grâce au fait que cela lui offre la possibilité de créer des articles toujours différents, tout en travaillant avec ses mains au quotidien.

 

Eric, d’où vient votre passion pour le cuir et le travail du cuir ? Qu’est ce qui vous a motivé à l’enseigner ?

 

Ma passion comme énoncé plus haut vient de la reconstitution et du GN. De plus, cette matière offre des capacités infinies au niveau créativité.
Je ne pensais pas faire de la formation. J’ai eu une demande d’une bergère souhaitant se reconvertir. J’ai accepté en lui précisant que je n’étais pas formateur. Après 1 mois nous avons fais le bilan l’un et l’autre et le résultat était positif pour nous deux. J’ai donc poursuivi cette activité que j’apprécie car transmettre est quelque chose lié au partage et voir des étincelles dans les yeux de l’élève est un moment magique.

 

Quels outils recommandez-vous pour débuter en maroquinerie ? Quels sont vos conseils pour les choisir ?

 

Tout dépend du cuir utilisé. 

En tannage minéral, il y a assez peu d’outils main surtout des machines : machine à coudre, pareuse, refendeuse, fer à fileter. Bien sûr quelques alênes, paire de ciseaux… sont toujours utiles.

En tannage végétal la liste est longue : 

Voici une petite liste de matériels pour commencer dans le travail du cuir. Cette liste n’est pas exhaustive et pourra varier selon votre implication dans un domaine ou un autre (repoussage, couture, tressage, mise en forme…). Pour la préparation du cuir, un couteau à lame courbe ou un cutter à défaut pour commencer, un abat-carre n°2. Quelques emportes pièces ronds dans les tailles : 2 – 2,5 – 3 mm. Option, formoir (qui peut réaliser un guide de couture et le trait de formoir décoratif classique) en buis pour le cuir épais type ceinture et teinté dans la masse, celui en plastique pour le cuir naturel car plus maniable. Option, couteau à parer ou « l’économe » facile de prise en main et très abordable ! Option avancée, un strap cutter pour couper des bandes.

 

Pour le repoussage, Swivel avec lame inclinée (à acheter en plus) La lame de base étant pour moi très peu fonctionnelle, matoirs de type beveler, maillet comme on veut mais évitez les maillets jaunes !

 

En teinture, de la teinture à l’eau ce n’est pas toxique contrairement à celles à l’alcool, tampons en laine, éponge que vous trouverez un peu partout notamment celle pour laver les voitures (les rectangles jaunes à petites alvéoles), du baume pour les tranches et protéger la fleur ou de la gomme arabique. Attention la qualité varie beaucoup d’un baume à l’autre. Chiffons. Option, brunissoir pour travailler les tranches sinon il est possible de travailler les tranches avec des chiffons en lin.

 

Quelles sont les différences entre coloration du cuir et teinture du cuir ? En quoi consiste chaque méthode ?

 

Le terme de coloration ne correspond à rien pour moi ! 😉
Il y a surtout de la teinture réalisée par l’artisan ou par le tanneur. Le tanneur teinte dans la masse et ensuite protège la fleur rendant le cuir imperméable ou niveau de celle-ci.

L’artisan teinte avec plusieurs couleurs s’il le souhaite sur un cuir lisse ou sculpté et dans ce cas la couleur met en valeur les reliefs.

 

Quels sont les points à prendre en compte et les erreurs à éviter avant d’acheter un objet en cuir ?

 

Les critères à analyser avant d’acheter un objet au niveau des finitions, le travail des tranches, la qualité de la couture : main ou machine selon l’usage de l’objet. En général les coutures visibles sont réalisées à la main et celles invisibles à la machine pour la  maroquinerie, l’harmonie de l’ensemble et la qualité de cuir.

 

 

Un grand merci à Eric Deneken qui nous a donné quelques informations sur son activité d’artisan. Si vous avez aimé cet article et que vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à faire un tour sur son site https://www.esprit-cuir.fr/ !

Pour commander des outils et du cuir :        

La boutique

Les formations

Frais de port gratuit à partir de 100 euros pour la France et 150 euros pour l'Europe hors commande personnalisée ou expédition de cuirs (collet, demi-dosset...).

Télécharger
Fiche accessibilité
Fiche de synthèse pour le registre public d’accessibilité
1811_fiche-ERP-remplie.pdf
Document Adobe Acrobat 194.8 KB

CONTACT :

Siège / Atelier / Centre de Formation: 

15 avenue du général de Gaulle

49150 Baugé-en-Anjou

 

contact@esprit-cuir.fr

06 88 13 09 29

Télécharger
Charte Eden Esprit Cuir
Charte.pdf
Document Adobe Acrobat 83.4 KB
Artisan d'art sculpteur sur cuir
Artisan d'art sculpteur sur cuir